Aile universelle - Aide à l’Individu pour la Liberté et l’Evolution

Discours de la Fête de l’Aile

Bonsoir à tous

Nous remercions Philippe Perez pour son accueil chaleureux.

Heureuse de retrouver des amis, des connaissances, des adhérents fidèles, tous réunis pour cette soirée unique qui marque quasi les 20 ans d’existence de notre association Aile Universelle créée le 28 octobre 2004.

C’est dans un café, face au clocher de l’église Notre Dame des Anges à Collioure que l’association est née. Madeleine Aiello, co-fondatrice, ici présente, ex-missionnaire à travers le monde, ayant vécu longtemps en Afrique m’a demandé de créer une organisation pour continuer d’aider la mission qu’elle venait de quitter à Brazzaville au Congo. Touchée par le paludisme, elle ne pouvait rester vivre là-bas et avait du se résoudre à rentrer en France.

J’ai accepté la proposition car mon idée, de retour de Pondicherry en 1992, était également de soutenir une ONG, (une ONG c’est une organisation non-gouvernementale) s’occupant des intouchables indiens. Elle me dit "En cumulant nos énergies, nous serons plus fortes".

Pour créer le nom de l’association, chacune devait choisir un mot. Mado prit "universel" pour adjectif car l’organisation dans laquelle elle œuvre AMURT comprend le mot "universel". Moi, je choisis le substantif "aile". L’Aile de l’oiseau libre, l’aile des plumes et de l’écriture, l’aile de l’avion et des voyages mais surtout l’aile protectrice. Et très vite elle me fit une remarque, AILE A.I.L.E. pouvait être un sigle de : Aide A à l’Individu I pour la Liberté L et l’Évolution É, Aide à l’Individu pour la Liberté et l’Évolution. Vaste programme, mais grâce à nos 2 formations humanistes, cela correspondait tout à fait aux valeurs que nous voulions défendre.

Pour gérer tous les soutiens financiers que nous allions recevoir, une trésorière était indispensable. Mon amie de longue date Martine Dupuy était d’accord et prête à nous rejoindre. Avec son mari, elle avait créé une ferme pédagogique à Saint Génis des Fontaines qui se dénommait "Dessine-moi un oiseau". La boucle était bouclée, nous étions fluides toutes les trois dans notre projet de Solidarité Internationale.

Après cette courte genèse, je veux remercier beaucoup de gens, excusez-moi, mais c’est incontournable. En premier lieu les 3 derniers présidents de notre association, j’ai nommé Ève Audoin, Rémy-Alain Pomiès et présentement Jean-Louis Losada qui est depuis l’an dernier notre président ultra-dynamique et chéri, on applaudit aussi tous ses amis qui sont venus nombreux l’accompagner. Et le tout jeune président d’une nouvelle association qui se nomme "l’Espace Solidaire Illibérien" qui me remplacera au local, Route Nationale à Elne, j’ai nommé Raoul Taddei.

Des remerciements également à tout ceux qui constituent une véritable association, à savoir tous les adhérents, tous les bienfaiteurs, tous les parrains, toutes les marraines qui chaque année co-financent des projets formidables au profit des plus démunis comme la famille Vrézil en tout premier lieu, puis les associations sponsors locales comme Emmaüs Catalogne avec Cathy, les Catalans du Désert avec Leslie, Médecine Aide et Présence avec le docteur Chollat-Namy, Julie Clos pour Cinémaginaire, l’association Yoga d’Om et notre correspondante pour l’Indépendant Marie-Thérèse Bernabé Garrido. La Mairie d’Elne et le Conseil Départemental avec Mr Nicolas Garcia enfin les sphères institutionnelles qui ont toujours cru en nous notamment le Ministère de l’Éducation Nationale via le Fond de Développement de la Vie Associative pour le fonctionnement de "l’Espace Solidaire".

Je n’oublie pas bien évidemment tous les bénévoles qui ont participé : ceux qui ont assuré la permanence au local, qui ont transporté, qui se sont faits intermédiaires. Tous les intervenants des ciné-débats et les intervenants linguistiques qui sont venus chaque mois pour assurer la conversation et permettre aux gens de mieux communiquer entre eux. Également, tous les donateurs, de livres, de bibelots, de CD, de DVD, de jouets, de manuels scolaires, d’objets divers et variés pour aider l’association à générer des fonds propres.

Un grand merci aussi et ce ne sont pas des moindres, aux amis-collaborateurs présents ce soir qui ont tout fait pour que la soirée soit une réussite, j’ai nommé l’excellente musicienne-interprète Cécile Aimée et ses amis musiciens François, Amandine, et André au son, la grande faiseuse de fêtes, l’artiste Claudia Clairon, notre organisatrice de tombola "À tous les coups, on gagne" l’artiste Laurence Bienvenu. Merci à tous et à toutes.

Ensuite, je voudrais enfin nommer les actions de solidarité menées par les directeurs d’Ongs que nous soutenons depuis le début et qui eux-mêmes aident en toute traçabilité et probité des femmes, des enfants, des communautés désœuvrées ou démunies quand personne ne vient à leur secours, ni les riches familles de leur propre pays et encore moins les autorités territoriales. Elles ne peuvent que compter sur les Organisations Non Gouvernementales Internationales comme l’Aile Universelle pour contribuer au développement de leur pays.

Ces Ongs, souveraines dans leur propre mode de gestion, s’investissent en concertation avec la population locale dont le but est soit de former soit de pérenniser les projets pour une autonomie économique et une protection environnementale. Nous sommes donc véritablement une association d’aide au développement et agissons en amont, afin de consolider les ressources des populations sur leur propre terrain par des financements ciblés en matière développement durable.

Aux Philippines, l’ONG SDI School for the Deaf in Illigan, sur l’île de Mindanao, Madame Charina Haynes et son magnifique projet d’école pour les enfants sourds, elle leur offre la scolarité pour vivre et travailler comme les autres.

Au Pérou, l’ONG Huchuy Yachaq avec Madame Marlene Quispe Barrientos qui soutient depuis toujours les plus pauvres des quartiers défavorisés à Salvador, un quartier de la banlieue de Cuzco à travers la création d’écoles de quartier et d’initiatives d’émancipation économique pour les plus exclus.

Madame Janaina Bueno dos Reis, brésilienne qui œuvre à Accra, au Ghana et qui gère des écoles, des foyers pour enfants, de multiples projets pédagogiques pour extirper les jeunes de la misère en offrant une éducation décente et non-violente. On la finance aussi pour des opérations de sécurité alimentaire.

Aviram et Yorit en Inde du Sud, avec leur projet agroforestier et vegan "Sadhana Forest". Oui, reforester la planète a du sens, aider les pauvres à créer des terres arables malgré l’érosion, quelle belle perspective ! Apprendre à être décroissant dans une société débridée ! ça vaut le coup, de les aider non !?

Monsieur Coulibaly Adams de Bordelais, avec l’ONG Tam Tam en Côte d’Ivoire. Fils de l’ex-maire de la ville de Sinfra, il se donne à fond pour soutenir les écoles, lancer des actions citoyennes, motiver les jeunes par le sport, le football en particulier, sensibiliser les adultes sur les dangers de l’émigration.

Nous pouvons citer tous les projets magnifiques de Pierre Charron, alias Dada, directeur de projets au Burkina Faso, c’est pour ses protégés que nous sommes tous là ce soir. Des femmes, des enfants, des hommes qui toute l’année luttent contre la pauvreté, la sècheresse et les conflits armés. Je n’oublie pas Numéro 1 au Sahel, près de la frontière malienne, et son association Yafaré, pour laquelle nous finançons des aides alimentaires.

Avec Pierre Charron alias Dada à Ouagadougou et à Bissiri en particulier ce sont 320 écoliers qui ont trouvé une école à proximité, dont une bonne centaine est parrainée, une ferme agro-écologique produisant du moringa, des fruits, des légumes en agriculture biologique vendus au marché local pour générer des fonds, un dispensaire de brousse, et tout récemment une maternité de brousse, des aides aux villages alentours pour que les femmes deviennent autonomes en produisant leurs propres productions maraîchères, source de revenus. Et le tout dernier projet, la construction d’une salle polyvalente afin d’accueillir les élèves pour de multiples activités plein-air.

D’ailleurs, Pierre Charron, missionnaire, professeur de yoga et de philosophie, viendra le week-end du 18 et 19 novembre à Perpignan, à la salle Benecorps, pour un séminaire de yoga et de méditation. Pour un prix modique, vous pourrez vous inscrire, auprès de Jean-Louis ou de moi si vous êtes d’ores et déjà intéressé.

Voilà, depuis sa création le 28 octobre 2004, juste quelques jours avant le tsunami de l’océan indien, l’Aile Universelle a collecté et distribué quelques 200.000 euros qui ont été dédiés à tous ces nobles projets. Nous avons également généré quelques 43 missions humanitaires.

Autre chose :

à la fin de l’année j’ai projet de poursuivre mes activités engagées avec l’Aile Universelle et mon développement personnel, à l’étranger, à Auroville. Aussi l’Aile Universelle, dégagée de l’Espace Solidaire à Elne, fonctionnera toujours avec le même bureau officiel, mais la direction se fera depuis l’Inde du Sud. Les réseaux sociaux permettront toujours de rester en lien les uns avec les autres et des mails vous seront envoyés régulièrement pour expliquer ma nouvelle situation ou mes nouvelles initiatives porteuses d’espoir pour l’humanité.

Voilà, j’espère avoir été concise mais néanmoins claire sur nos programmes, si vous avez des questions, vous pouvez venir me rencontrer après.

Mais maintenant place à la musique, avec la magnifique Cécile Aimée qui nous soutient grâce à sa musique depuis 2016, on la remercie vivement pour son indéfectible engagement à nos côtés.

Merci à tous,

merci d’être venus,

merci pour le partage.....

Bonne soirée